Livraison offerte en Mondial Relay à partir de 30€ d'achat ! (France métropolitaine uniquement)

Panier

Votre panier est vide

Continuer vos achats

Pourquoi un flacon en aluminium ?

Etre écoresponsable c'est se préoccuper du produit... et du packaging !

Lancer un projet cosmétique avec une forte dimension écoresponsable doit vous amener à vous poser deux questions :

  1. Mon produit - crème, savon, shampooing, etc. - est-il écoresponsable ?
  2. Mon packaging l’est-il aussi ?

Quand nous nous sommes posés la question du packaging pour Loubaïo, le cheminement n’a pas été simple et les axes d’analyse nombreux.

Notre choix s’est finalement porté sur l’aluminium et nous allons vous expliquer, en toute transparence, pourquoi.

Nous ouvrons la discussion, toute réaction est la bienvenue !

 

 

Nos axes d'analyse

Voici, pour commencer, les cinq axes que nous avons retenus pour effectuer notre analyse :

  1. Fabrication : méthode et lieu ?
  2. « Recyclabilité » : est-il recyclable ? Si oui, combien de fois ?
  3. Filière de recyclage : la filière est-elle organisée ? Efficace ? Si votre matériau est recyclable mais que aucune entreprise ne le fait, il finira en déchet…
  4. Transport : quel est le bilan carbone lié au transport de votre packaging ?
  5. Usage : répond-il aux contraintes du produit que l’on souhaite transporter ?

 

 

Notre analyse

Il existe plusieurs solutions pour transporter nos shampooings liquides, mais pas une infinité non plus. Voici celles que nous avons étudiées :

 

Le plastique

Le plus répandu, le moins cher.

Il existe une multitude de plastiques, mais seulement quatre grandes familles sont recyclables : le PP (Polypropylène), le PET (Polyéthylène Téréphtalate), le PEHD (Polyéthylène Haute Densité) et le PEBD (Polyéthylène Basse Densité).

Mais attention, un article paru dans la revue scientifique Science Advances explique que depuis 2015, 6,9 milliards de tonnes de déchets plastiques ont été produites dans le monde ; à ce jour, environ 9% ont été recyclés.

A noter enfin que le plastique n’est recyclable que 2 à 3 fois dans le meilleur des cas… c’est le problème principal, il finira toujours comme déchet !

 

Et les bioplastiques ?

Des plastiques « biosourcés » ou « biodégradables » ont fait leur apparition ces dernières années. Mais ce n’est pas encore la panacée. Les biosourcés ne sont pas recyclables à l’infini et les biodégradables se dégradent beaucoup moins bien en conditions réelles qu’en laboratoire…
Pour la petite anecdote, nous avions envisagé un plastique compostable et biodégradable au tout début de notre projet. Malheureusement celui-ci a fondu durant notre test de vieillissement à 50°…

 

Pour autant la science avance, des sommes considérables sont investis pour trouver LE bioplastique qui offrira une biodégradabilité optimale et/ou un recyclage à l’infini, d’ailleurs il y a une pépite française en laquelle de nombreux espoirs sont fondés : Carbios


👍 Ses avantages : poids, possibilité infinie de forme, couleur, tarif, plutôt solide et résistant aux chocs et pas de risque de casse.

👎 Ses inconvénients : issu du pétrole, pas recyclable plus de trois fois, une filière française qui ne recycle qu’environ 29% de la masse produite selon les chiffres de Citeo en 2020.

 

Le verre

Le verre présente de beaux avantages, il est très connu et souvent utilisé dans l’industrie cosmétique.

Son circuit de recyclage est bien développé en France et il dispose en outre d’un bon circuit de consigne pour réutilisation (comme les bouteilles de lait de nos parents).
Son côté design et sa capacité à être recyclé à l’infini nous a séduit au début, mais le risque lié à une utilisation en salle de bain l’a définitivement écarté…

Là encore la science évolue, des verres incassables font leur apparition (ils restent tout de même encore un peu lourd) et les industries travaillent pour trouver des solutions plus optimales.

C’est définitivement un matériau que nous gardons à l’œil pour d’autres produits.

 

👍 Ses avantages : aspect premium, issu de matières très présentes dans la nature (sable, calcaire…), procédé de fabrication moins polluant que ceux des autres matériaux, grande variété de formes et de teintes et bonne filière de recyclage (la meilleure en France comparativement aux autres matériaux).

👎 Ses inconvénients : plutôt lourd (cela plombe son bilan carbone au transport), fragile (cassant) et son recyclage requiert quasiment autant d’énergie que sa production primaire.

 

Les métaux

L’acier inoxydable (ou Inox)

Le top du top à nos yeux.

Nous en avons rêvé mais son prix et sa provenance (quasi systématique d’Asie du Sud-Est) nous ont pour l’instant bloqués.


Il dispose de nombreuses qualités (voir ci-dessous) qui en font une matière de choix pour les gourdes premium par exemple.
Ici, le dynamisme de nos jeunes entreprises françaises nous amène à être optimistes. Par exemple Zeste (qui propose des gourdes justement) œuvre à relocaliser la filière de l’inox en France. Et là, franchement, on dit bravo !

Donc lui aussi, nous le gardons à l’œil 😊

 

👍 Ses avantages : opaque (il protège donc le contenant de la lumière), empêche naturellement les échanges entre contenu et contenant, rigide, quasi incassable et résiste bien aux chocs en déformation.

👎 Ses inconvénients : son prix, son poids et sa zone de production quasi exclusivement en Asie du Sud Est.

 

L’aluminium

L’aluminium est à date, selon nous, le moins mauvais des matériaux si l’on tient compte de tous les critères mentionnés en début d’article.


C’est le métal le plus présent sur terre, il est léger, difficilement cassable et propose une bonne barrière contre la lumière (opaque).
En revanche, contrairement à l’Inox, il nécessite un vernis intérieur (que l’on peut choisir sans BPA, c’est évidemment notre cas) pour bloquer toutes interactions contenant – contenu.


Côté recyclabilité c’est un bon élève. Il est 100 % recyclable à l’infini (donc aucune déperdition de matière lors du processus de recyclage) et la filière en France est correcte - environ 48% d’emballage aluminium recyclés en 2020 selon Citeo - mais probablement plus pour les gros contenants qui sont les principaux éléments recyclés. Il semblerait que cette même filière ait plus de difficultés sur les petits contenants (les fameuses capsules Nespresso par exemple).

Point positif : ces taux sont en hausse chaque année.

 

👍 Ses avantages : métal le plus présent naturellement sur terre, 100% recyclable à l’infini, son recyclage consomme 95% d’énergie en moins que sa fabrication, léger, quasi incassable, bonne protection contre la lumière et il existe des fabricants européens. Et enfin, mais cela c’est tout à fait personnel, il est beau !

👎 Ses inconvénients : sa fabrication utilise un procédé polluant, d’autres techniques existent mais sont peu utilisées car trop coûteuses… Son prix en fait une matière « premium », s’il est résistant à la casse il est sensible à la déformation suite à des petits chocs et il nécessite un vernis intérieur pour le rendre imperméable aux échanges entre contenant – contenu.
 

 

En conclusion

L’aluminium est selon nous et à ce jour, la meilleure solution pour transporter nos shampooings liquides. Mais comme répété tout au long de notre article, nous effectuons une veille continue car les technologies évoluent et nous évolueront avec elles !

Notre objectif : proposer les meilleurs contenant pour les meilleurs contenus 😊
 
Et surtout, n’oublions pas l’adage : « le meilleur déchet est celui que nous ne produisons pas »


Voilà vous savez tout 😊

 

 

En bonus

Le Doypack

Vous savez c’est la recharge « molle », le sachet. S’il réduit la quantité de plastique nécessaire pour un même volume, il est très souvent construit (pour les liquides) en multicouches (i.e.plusieurs couches de différents matériaux). Conséquence : il est non recyclable. Un comble pour une recharge écologique…

A date, nous avons remarqué une marque qui utilise un Doypack monocouche en PE. Bon après, cela reste du plastique et donc… maintenant vous connaissez l’histoire !

 

La consigne

Elle revient et c’est tant mieux ! Nous étions intéressés, mais en toute franchise, à notre échelle (encore petite 😉), la consigne relèverait du pipeau marketing...

En effet, la rentabilité de cette opération est possible avec un débit important dans une zone géographique relativement limitée. Bref, impossible pour nous au démarrage, mais qui sait, la suite nous l’autorisera peut-être.

Comments (0)

Laisser un commentaire